D’abord parce que NDA…
Ensuite parce que les années nous invitent à une aide mutuelle urgente et « locale » pour atténuer le poids des infirmités des unes et des autres.
Il y a celles qui font la lecture aux malvoyantes, celles qui prient l’Office à une sœur alitée, celles qui poussent un fauteuil afin qu’une sœur ne soit pas en « poste restant » dans un lieu de la maison, celles qui donnent leur bras pour un petit tour ou un retour dans la chambre… et bien d’autres aides mutuelles. Notre premier prochain, ce sont nos sœurs.

Le temps de nous investir à l’extérieur est révolu, mais voici un petit inventaire de nos modestes solidarités locales.

 

-  Radio Fidélité, notre radio chrétienne régionale de proximité, écoutée 24h sur 24 par nos sœurs, est en graves difficultés et risque de fermer. Pour répondre à l’appel des responsables, chacune de nous a mis la main à la poche pour trouver une pièce restante du petit argent de poche mensuel.

-  A Haute Goulaine, une association prépare des containers pour l’Europe de l’Est. Nos tricoteuses et crocheteuses fournissent chaque mois plusieurs couvertures et vêtements d’enfants. Pour alimenter la collecte.

-  Nous construisons des écoles au Sénégal ! OUI ! Nos papiers soigneusement conservés : journaux, revues, réclames, livres, sont acheminés vers une association de récupération dont le bénéfice est affecté à l’Afrique…

-  Notre réputation de priantes est faite dans la région… Cela nous amène à prendre en charge, dans la prière, des malades, des prisonniers, des couples, des jeunes, des intentions que nous confient les personnes partageant nos Eucharisties, le personnel de la maison, nos relations ou même des inconnus.

-  Et enfin nous vibrons chaque fois aux appels de l’ACAT, d’Amnesty international ou autres. Et nous signons, signons, signons pétitions et protestations sans regret.

-  Pour terminer… faut-il appeler cela « solidarité » ? Quelques-unes d’entre nous ont participé, pendant la « Semaine bleue », à une rencontre personnes âgées - enfants pour une dictée commune intergénérations. Solidarité avec les autres personnes âgées de la commune et avec la mairie qui cherche à donner vie au Bourg.

Une solidarité de joie et d’amitié… cela compte aussi !